Un attaquant du passé peut-il gagner les combats de l’avenir ?

NON : pour gagner dans l’avenir, il faut être formé et armé pour l’avenir.

Marcel BERTHOME continue de se complaire dans le passé, en déformant le présent et en ne comprenant pas l’avenir.

Il n’y a pas de responsable de projet à St Seurin : le roi décide seul !

Marcel a un moment de lucidité en décrivant un centre ville « chateau fort » et des environs où l’on prélève la dime : mais, c’est de sa politique depuis 40 ans et de la situation de St Seurin aujourd’hui dont il parle !

Il ne se rend même plus compte des effets et des conséquences de ses décisions : un mandat de trop !

Et toujours les mêmes mensonges …

Pour plus d’informations, chargez le fichier PDFMarcel Berthomé 24 Novembre 2014

Une réflexion sur “Un attaquant du passé peut-il gagner les combats de l’avenir ?

  • Avatar
    6 janvier 2015 à 11 h 41 min
    Permalien

    Pour mémoire : 14 juillet 1789 ………..RÉVOLUTION FRANÇAISE ………… et,
    il était une fois :
    l’article décrit un petit royaume au sein duquel le potentat règne avec droit de vie et de mort sur ses sujets, Fi !! de la LOI, Fi !! de la démocratie, il octroi ses faveurs à qui lui loue allégeance, IL SUPPRIME, IL CONSTRUIT, IL BÂTIT L’AVENIR avec ses logements sociaux, IL EMBAUCHE, IL VIRE etc… etc… etc… au gré de son bon vouloir… Le SOCIAL d’accord, mais avec quoi ???
    Qu’en pense les ADMINISTRES qui eux payent de lourds impôts locaux pour satisfaire toutes les communes avoisinantes avec ces structures qui coûtent de l’argent au lieu d’en rapporter : STADE MUNICIPAL, HALTE NAUTIQUE, BIBLIOTHÈQUE, PISCINE, OFFICE DE TOURISME …… je vous laisse poursuivre la liste…
    GABEGIE des fonds publics et je n’ose aborder le sujet des subventions à certaines associations (voir les comptes rendus du Conseil Municipal).
    A savoir aussi, mais cela à fait moins de bruit, suppression du Service d’Action Sociale réservé à certains enfants en défaillance scolaire ou médicale pour cause de budget communal trop serré, les Parents d’élèves et les Enseignants ont tentés un rapport de force à l’occasion du Conseil Municipal du 15 octobre 2014, celui-ci à aussitôt été étouffé dans l’œuf par la suppression pure et simple de la séance.
    L’ayant vu en chair et en os très récemment (cela devient un privilège), je me demande SI ….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × trois =